Le programme AQAPA

En Asie, les politiques d’intégration nationale passent de plus en plus par la « mise en tourisme » des espaces et des groupes sociaux marginaux. « Nationalités » chinoises, « tribaux » indiens, « minorités » vietnamiennes ou laotiennes vivent souvent sur de hautes terres situées à la périphérie du territoire national. Réduire leur pauvreté et l’exode rural, freiner les impacts écologiques (brûlis rendus responsables de l’érosion et menaçant l’aval), limiter les mouvements autonomistes politiquement centrifuges : un triple souci pousse certains gouvernements à mener une politique de développement touristique destiné à ancrer ces espaces marginaux au centre de gravité du pays, pour une clientèle internationale ou nationale.

Dans des pays dominés par un tourisme urbain, des foyers de tourisme rural apparaissent fondés sur la valorisation du patrimoine de ces ethnies. Ironie de l’histoire, les minorités ethniques ont souvent été l’objet de discriminations diverses ; aujourd’hui, elles peuvent d’une certaine façon apparaître au contraire, par leurs spécificités et leurs façons de marquer leur identité, comme un atout pour le développement touristique. L’ambiguïté est évidente : le soutien aux cultures locales (artisanats « traditionnels », chants et danses, mais aussi maintien de certains paysages considérés comme “typiques”) est‐il un moyen de renforcer les identités des ces groupes, dans le cadre d’un basculement historique où l’Etat tenterait de compenser des décennies de mise à l’écart voire d’oppression ? Ou bien est‐ce une simple muséification de pratiques folklorisées, doublée d’une commercialisation économique, d’une assimilation politique et d’une homogénéisation culturelle ? L’encouragement de l’agriculture locale, parfois sous la mise en place d’indications géographiques et de filières biologiques, peut‐il bénéficier à tous les groupes et à tous les espaces ? Et ce, à quel prix social, économique et spatial ?

Une des originalités de notre projet est de ne pas se centrer sur des objets de tourisme déjà très étudiés (folklore, habitat typique…) mais sur des paysages ruraux et agricoles : non pas spécifiquement des paysages exceptionnels, au sens des « paysages culturels » de l’UNESCO, mais des paysages « ordinaires ». Leur patrimonialisation témoigne-t-elle d’une prise de conscience de la multifonctionnalité de l’agriculture et des espaces ruraux, traduisant le passage d’un tourisme « ethnique » à un tourisme « vert » ? Ceci annonce-t-il la sortie d’une vision utilitariste du paysage (dans laquelle il ne sert qu’à produire du tourisme) en faveur d’une vision patrimoniale plus désintéressée, s’attachant au cadre de vie des habitants pour lui-même et à son rôle environnemental ? Les rapports des sociétés à leur territoire sont aussi emprunts de valeurs patrimoniales s’exprimant dans leur paysage du quotidien : sont-ils pris en compte ? A Qui donc Appartient le Paysage en Asie (AQAPA) ?

Il faudra alors évaluer quels sont les postulats servant à la qualification des paysages devant être conservés : donne-t-on la priorité à une certaine esthétique (comme dans les « paysages ouverts » chéris par la France), ou à la préservation de la biodiversité, voire désormais à la fixation du carbone, ou bien une forte valeur demeure-t-elle associée à la fonction de production alimentaire, ou à des critères culturels ou religieux ?

Cinq espaces d’étude sont étudiés : l’Inde (Uttarakhand), la Chine (Guizhou), le Laos, le Vietnam et le Népal.

 

Une méthodologie comparative ambitieuse: 

Le programme comporte trois grands axes :

– Les paysages, entre matérialité et représentations

– Les processus de transformation : politiques et systèmes d’acteurs (tourisme et patrimonialisation, dynamiques rurales, gouvernances territoriales)

– Recompositions identitaires et dynamiques socio-économiques (intégration/marginalisation, appartenance, ethnicité et identification)

Trois approches sont combinées :

– Etude des discours et des politiques menés par les Etats et les administrations locales (politique touristique ; politique paysagère, agricole et environnementale ; représentations dominantes des paysages et des minorités).

– Etude au niveau local des pratiques villageoises menant à la conservation ou à la transformation des paysages, et des représentations concernant ceux-ci, notamment vis-à-vis de leur rôle dans la préservation de l’environnement.

– Etude au niveau local de la mise en tourisme et de la patrimonialisation des paysages : quel impact ont-elles sur les dynamiques sociales à l’intérieur des groupes (activités extra-agricoles, rapports sociaux au sein des ménages et des villages, influence des touristes sur les mentalités villageoises, rôle et place des initiatives locales…) ?

Ces comparaisons croisées, impliquant la prise en compte de multiples échelles d’observation (inter- et intra-nationales), se feront lors de terrains de recherche « classiques », effectués par des spécialistes reconnus du pays concerné, issus de plusieurs disciplines (géographie, ethnologie, agro-économie, sociologie). Le programme ajoutera cependant, pour permettre une véritable comparaison et non la simple juxtaposition de résultats, des « terrains croisés » où les spécialistes d’un pays se rendront dans un autre, accompagnés de leurs collègues. Les publications finales du projet porteront la marque de ces allers et retours, puisqu’elles incluront avant tout des textes comparatifs, écrits à plusieurs mains, sur les cinq pays à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.