A propos Frédéric Landy

Frédéric Landy Director, French Institute of Pondicherry, India / Directeur de l’Institut Français de Pondichéry UMIFRE 21 (CNRS-MAE) Tel. : +91 413 22 31 610 or 608. Website : http://www.ifpindia.org On deputation from/en détachement de : Université de Paris-Nanterre (UMR LAVUE-Mosaiques) Master NOURAD Nouvelles ruralités (master-nourad.u-paris10.fr) Membre associé du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS) http://ceias.ehess.fr/index.php?211 F. Landy a consacré son doctorat aux logiques et rationalités paysannes en comparant deux systèmes ruraux, irrigué et pluvial, du Karnataka méridional. A travaillé également sur les logiques migratoires et d’enracinement internes à l’Inde, puis sur la “ diaspora ” indienne à l’étranger (cas de l’Afrique du Sud). S’intéressa ensuite aux politiques économiques en matière agricole et à leur impact spatial : après le cas des engrais chimiques, travailla sur la politique alimentaire qui fait acheter à l’État des grains pour soutenir les cours agricoles, et qui les redistribue à prix subventionnés pour les ménages et les régions déficitaires. L’idée était de voir à quelle perception du territoire national correspond cette politique à la fois productiviste et sociale, et d’observer à cette occasion les jeux entre Centre et États. Il a travaillé désormais sur les relations entre État et citoyens (décentralisation et participation). En milieu rural, il s’intéresse à la forêt et l’irrigation, avant tout en Inde mais avec des ouvertures en Afrique et Asie. En milieu urbain, après la participation au programme CEIAS-CSH "Acteurs, politiques et gouvernances urbaines" où il travailla sur le Public Distribution System à Hyderabad et Mumbai, après celle au programme SETUP financé par l’ANR « Exclusion sociale, Territoires et Politiques Urbaines en Inde et au Brésil » (CEIAS-CSH) qui compara les slums indiens aux favelas brésiliennes, il coordonne le programme UNPEC (ANR 2012-2015) Les parcs nationaux dans les villes et pays émergents – Bombay, Nairobi, le Cap et Rio de Janeiro. Il s’intéresse en particulier au parc national de Bombay, écartelé entre logiques urbaines et logiques de protection, qu’il compare au parc national de Nairobi à travers notamment la grille de l’autochtonie. Désormais F. Landy travaille sur l'agriculture et ses liens avec l'ethnicité et la patrimonialisation des paysages, avec le projet ANR AQAPA (A Qui Appartiennent les Paysages en Asie?), le projet ANR ATCHA (sur l'adaptation au climat de l'agriculture irriguée au Karnataka), de plus en plus dans une perspective agroécologique.

À qui appartiennent les paysages en Asie ?

L’équipe d’AQAPA et l’UMR CITERES organisent un colloque international qui se tiendra à l’Université de Tours du 16 au 18 janvier 2019 sur le thème “A qui appartient le paysage dans les espaces ruraux marginaux des pays du Sud ? Mutations contemporaines des territoires, mises en ressource des paysages et recompositions identitaires”.

Site web du colloque/Web site : https://aqapa.sciencesconf.org/

En Asie, les politiques d’intégration nationale passent de plus en plus par la « mise en tourisme » des espaces et des groupes sociaux marginaux. « Nationalités » chinoises, « tribaux » indiens, « minorités » vietnamiennes ou laotiennes vivent souvent sur de hautes terres situées à la périphérie du territoire national. Réduire leur pauvreté et l’exode rural, freiner les impacts écologiques (brûlis rendus responsables de l’érosion et menaçant l’aval), limiter les mouvements autonomistes politiquement centrifuges : un triple souci pousse certains gouvernements à mener une politique de développement touristique destiné à ancrer ces espaces marginaux au centre de gravité du pays, pour une clientèle internationale ou nationale.

Dans des pays dominés par un tourisme urbain, des foyers de tourisme rural apparaissent fondés sur la valorisation du patrimoine de ces ethnies. Ironie de l’histoire, les minorités ethniques ont souvent été l’objet de discriminations diverses ; aujourd’hui, elles peuvent d’une certaine façon apparaître au contraire, par leurs spécificités et leurs façons de marquer leur identité, comme un atout pour le développement touristique. L’ambiguïté est évidente : le soutien aux cultures locales (artisanats « traditionnels », chants et danses, mais aussi maintien de certains paysages considérés comme “typiques”) est‐il un moyen de renforcer les identités des ces groupes, dans le cadre d’un basculement historique où l’Etat tenterait de compenser des décennies de mise à l’écart voire d’oppression ? Ou bien est‐ce une simple muséification de pratiques folklorisées, doublée d’une commercialisation économique, d’une assimilation politique et d’une homogénéisation culturelle ? L’encouragement de l’agriculture locale, parfois sous la mise en place d’indications géographiques et de filières biologiques, peut‐il bénéficier à tous les groupes et à tous les espaces ? Et ce, à quel prix social, économique et spatial ?

Une des originalités de notre projet est de ne pas se centrer sur des objets de tourisme déjà très étudiés (folklore, habitat typique…) mais sur des paysages ruraux et agricoles : non pas spécifiquement des paysages exceptionnels, au sens des « paysages culturels » de l’UNESCO, mais des paysages « ordinaires ». Leur patrimonialisation témoigne-t-elle d’une prise de conscience de la multifonctionnalité de l’agriculture et des espaces ruraux, traduisant le passage d’un tourisme « ethnique » à un tourisme « vert » ? Ceci annonce-t-il la sortie d’une vision utilitariste du paysage (dans laquelle il ne sert qu’à produire du tourisme) en faveur d’une vision patrimoniale plus désintéressée, s’attachant au cadre de vie des habitants pour lui-même et à son rôle environnemental ? Les rapports des sociétés à leur territoire sont aussi emprunts de valeurs patrimoniales s’exprimant dans leur paysage du quotidien : sont-ils pris en compte ? A Qui donc Appartient le Paysage en Asie (AQAPA) ?

Il faudra alors évaluer quels sont les postulats servant à la qualification des paysages devant être conservés : donne-t-on la priorité à une certaine esthétique (comme dans les « paysages ouverts » chéris par la France), ou à la préservation de la biodiversité, voire désormais à la fixation du carbone, ou bien une forte valeur demeure-t-elle associée à la fonction de production alimentaire, ou à des critères culturels ou religieux ?

Cinq espaces d’étude himalayens sont étudiés : l’Inde (Uttarakhand), la Chine (Guizhou), le Laos, le Vietnam et le Népal.