Résumés des travaux

Létang (2015) – La glocalisation des discours environnementaux normatifs. Exemple du Kumaon dans l’Himalaya indien (Sarmoli, Uttarakhand) – Mémoire de Master 2, dir. Frédéric Landy. Université Paris Ouest Nanterre la Défense

La glocalisation des discours environnementaux normatifs . Exemple du Kumaon
dans l’Himalaya indien (Sarmoli, Uttarakhand)

Résumé

Mots clés : Himalaya, environnement ; écotourisme ; political ecology ; ruralité

      Dans l’Himalaya, la question environnementale est centrale et prend la forme d’un mille feuille scalaire. D’une part, à l’échelle de la région, l’Himalaya est un des 34 « hot spot » de la planète. Cela n’est pas sans montrer le caractère exceptionnel, mais aussi très fragile et menacé du milieu. Ensuite, combiné à une croissance démographique accrue pendant un demi siècle, les préoccupations environnementales relatives à la déforestation et à l’érosion des terres acquièrent une acuité particulière, d’autant plus que les fleuves prenant leur source dans ces montagnes drainent les régions les plus peuplées du monde (Smadja et al., 2003 : 13). A cette fragilité himalayenne s’ajoute la théorie catastrophiste de la dégradation de l’environnement, popularisée dans les années 1970-1980 (Ives et al., 1989) qui a eu un grand retentissement et a suscité de nombreux débats. De plus, et c’est peut être le plus important pour ce travail, à l’échelle locale, il y a une interaction constante entre les populations paysannes de l’État de l’Uttarakhand et leurs ressources naturelles qui sont pour une grande part des moyens de subsistance (livelihoods). C’est d’ailleurs pour cette raison que différentes luttes paysannes (Guha, 1989) ont été menées et ont permis la création d’un système de dévolution – unique en Inde – de gestion des ressources naturelles par un conseil forestier villageois (Poteete et Ostrom, 2002 ; Agrawal (2005) ; voir aussi Sarin, 2001) : le Van Panchayât (désormais VP) en 1931. Ainsi, le modèle de gestion des ressources naturelles, participative et communautaire plus récemment mis en avant dans des conventions internationales (i.e le rapport Bruntland, 1987) est ici bien ancien. Enfin, un autre élément qui me paraît important pour ce travail est l’évolution du paradigme environnemental depuis le XIXe siècle, qui est passé d’un modèle excluant de l’Homme à un modèle intégrateur et s’est progressivement mué au sein des grandes conventions internationales, se faisant parfois le prêt-à-penser de la régulation environnementale.

Il existe donc différentes manières de penser et de gérer l’environnement. Dans le cadre de cette étude, je m’intéresse d’abord à une politique environnementale nationale, héritée du discours des tenants de l’écologie profonde. Cette politique est le Wildlife protection Act (désormais WPA), mise en place en Inde en 1972, consistant en la protection stricte de la faune et de la flore sauvages. Puis, je m’intéresse à la mise en place de l’activité écotouristique, développée en 2004 par des élites rurales locales et gérée par un collectif de femmes. Cette activité est héritière du paradigme du développement durable, se faisant garante des trois piliers par le biais d’un développement économique de la communauté rurale qui soit socialement équitable et écologiquement viable. Ces différentes façons d’envisager l’environnement ont des répercutions sur les pratiques rurales et l’agriculture paysanne de la communauté villageoise de Sarmoli. Elles vont réorganiser les territorialités. Mais un processus de glocalisation s’opère par le biais d’une adaptation des discours dominants au contexte local. Aussi, la question initialement posée, et à laquelle j’ai tenté de répondre était : comment la diffusion des conventions sur l’environnement décidées à l’échelle planétaire affectent-elles les pratiques locales de l’environnement en milieu rural ?

     L’hypothèse générale de recherche était donc la suivante : les conventions internationales sur l’environnement établissent des normes de bonne conduite à suivre, relayées par différents acteurs locaux. Mais l’évolution du paradigme environnemental à l’échelle internationale permet de concevoir la régulation de l’environnement de diverses façons. Ce phénomène est susceptible de provoquer des conflits de perception et par conséquent des concurrences entre les activités et les espaces. Cela aurait des répercutions importantes dans un contexte de grande dépendance des sociétés locales aux ressources naturelles et participerait à réorganiser les territorialités faisant dès lors émerger des inégalités socio-spatiales.

     Le test de cette hypothèse repose essentiellement sur l’interrogation d’un système d’acteurs (agriculteurs, travailleurs sociaux, élites rurales, office des forêts, membres du VP, acteurs du tourisme, institutions) visant à comprendre l’impact de la politique (WPA) et d’une activité (écotourisme) liées à l’environnement. (i) J’ai voulu interroger leurs perceptions respectives des bénéfices tirés de l’environnement rural, soit leur degré de dépendance aux livelihoods. (ii) Puis j’ai cherché à spécifier les discours hérités de l’environnement global que ceux-ci tiennent. Pour cela, j’ai clarifié trois termes, trois gradients. En effet, j’ai considéré trois façons de parler de la gestion de l’environnement, de la plus excluante de l’homme à la plus incluante. La première est la protection, qui considère que la nature doit être totalement protégée des actions humaines considérées comme le danger principal. La seconde est la préservation qui considère que l’être humain doit adapter ses pratiques afin de protéger la nature dans une approche antroposystémique. La dernière est la conservation et/ou la restauration qui voudrait que l’être humain, ou plutôt le citoyen, conduise des actions pour réparer ses mauvaises actions passées. (iii) Enfin, j’ai voulu comprendre la valeur (économique, écologique, identitaire, etc.) conférée à l’environnement rural.

     Les résultats montrent que d’une part, la politique environnementale de protection stricte de la faune sauvage (WPA) déterritorialise la protection de l’environnement par le biais de la protection par espèces et non par habitats, ce qui crée une concurrence entre les usages du territoire par les acteurs de l’agriculture et les partisans de la stricte protection de l’environnement, puisque la faune sauvage se révèle nuisible pour les cultures. Outre cela, les systèmes de compensation étatiques ne permettent pas d’éviter cette concurrence, bien que ceux-ci viennent tout de même amenuiser la fermeté du discours tenu par l’office des forêts à propos de la protection de l’environnement.
Ensuite, les relations, ou plutôt, l’absence de relation entre les organes institutionnels vient
augmenter le risque de conflits liés à des représentations et à des usages différents de
l’environnement. C’est notamment le cas de l’institution en charge de l’agriculture et de l’office des forêts, peu liés alors que ces activités le sont dans la pratique quotidienne de ces territoires comme le montre le système Van Panchayât.
D’autre part, le manque de communication lié à un conflit institutionnel ancien (la société
villageoise et l’État) dans le cadre de la gestion même des espaces forestiers, causé par des pratiques et représentations de l’environnement différentes représente aussi un frein pour le maintien et le développement de l’agriculture dans le cadre de sociétés rurales en mutation. En cela, afin de pallier l’inefficacité gouvernementale, ou plutôt, afin de reterritorialiser son action, les sociétés civiles s’organisent comme le montre l’émergence de l’activité écotouristique, qui met les petites paysanneries et l’environnement au cœur de son projet. Se pose alors la question de savoir si la pratique touristique peut changer la pratique et les représentions de l’environnement au sein de la société villageoise ? Et quel en est l’impact sur les territorialités ? De ce raisonnement émerge une question centrale. Dans sa volonté normative et en se substituant à l’organe représentant l’État (office des forêts) et à la société villageoise (VP) lors de la mise en place de règles en matière d’environnement, l’écotourisme est-il devenu une nouvelle forme de gouvernementalité
environnementale ?

     Le développement de ce travail montre plusieurs choses. Les conventions décidées à
l’échelle planétaire sont relayées par une diversité d’acteurs à l’échelle locale. Dans le cas présent, elles sont diffusées par des représentants de l’état central dans le cadre du WPA, et des élites rurales dans le cadre de l’écotourisme. Ces discours s’ancrent dans le local puisque leur effet globalisant s’amenuise par le biais d’adaptations. Cette réappropriation du discours et ce rétrécissement d’échelle permet en quelque sorte d’adapter une rhétorique à la réalité locale, de la territorialiser bien que subsistent parfois des divergences, voire des oppositions de point de vue en termes d’usages du territoire, ce qui crée des inégalité socio-spatiales.

     La glocalisation des discours environnementaux normatifs, soit les jeux d’échelles entre le global et le local, mais aussi entre le local et le global se fait ici dans un contexte particulier. C’est bien une glocalisation car si les discours globaux viennent façonner des contextes locaux, ils sont aussi empreint à des adaptations locales. Par exemple, ces normes globales de régulation de l’environnement viennent s’apposer à une autonomie locale de gestion des ressources naturelles (VP). Il y a dès lors la création d’un mille feuille scalaire de la manière dont la gestion de l’environnement est appréhendée au sein d’un même territoire :
– à l’échelle de l’État dans le cadre de la loi de stricte protection de la flore et de la faune
sauvages (1972) ;
– à l’échelle de la communauté, avec le système Van Panchayât (1994) ;
– et celle plus récente, à l’échelle du collectif de femmes dans le cadre de l’écotourisme
(2004).

Cette évolution de la manière de réguler l’environnement met en lumière un élément substantiel : l’affaiblissement de l’échelle de la communauté. Premièrement, par le biais d’une politique étatique de protection déterritorialisée, l’État peut continuer à asseoir indirectement son pouvoir par le biais du WPA, sur les territoires communautaires normalement autogérés. Deuxièmement, le programme d’écotourisme vient en renfort d’une gestion communautaire des ressources naturelles dénoncée par les animatrices de ce programme comme mauvaise et inefficace, affaiblissant dès lors l’autonomie de la communauté lors des prises de décisions concernant l’environnement au profit d’un petit nombre (le collectif de femmes), qui semble imposer ses propres règles. Ici, du développement durable, l’écotourisme ne garde que le pendant « participatif », en oubliant
visiblement la communauté. Et dans les deux cas, la place accordée à la gestion communautaire de l’environnement est réduite et devient le fait d’un petit nombre, voire d’une élite.